Que visiter à Porto au Portugal ?

Il ne serait pas juste de caractériser Porto en choisissant simplement l’un des facteurs qui rendent ce destin de plus en plus attrayant. On est partagé entre la richesse de son architecture et de son patrimoine, son expression artistique et culturelle toujours croissante, la vivacité grandissante du centre-ville, nuit et jour, sa gastronomie et son excellent vin, et ses charmants et hospitaliers gens authentiques.

 

En ville, il faut plonger dans le vieux squelette de Porto. Classé au patrimoine mondial depuis 1996, le centre historique de Porto renferme une richesse monumentale et paysagère où l’on peut voir plusieurs solutions conceptuelles urbaines allant de l’époque médiévale à la modernité.

Vous ne pouvez pas manquer une visite à l’église de São Francisco, allez au Hard Club et sentez le battement de coeur de Ribeira. A l’intérieur de l’église, profitez de la rosace gothique et de la niche avec la figure du saint, sur la façade principale, les boiseries des XVIIe et XVIIIe siècles, les fresques et peintures sur bois de la chapelle principale et du transept, ainsi que sur les tombes du XVIe siècle.

Dans la salle d’exposition – Hard Club a été installé en 2010 dans l’ancien Mercado Ferreira Borges – prenez une pause à la cafétéria tout en profitant de la référence architecturale en fer construit en 1885.

Faites une promenade à Ribeira do Porto et laissez-vous marcher plus longtemps au-delà de la jetée. Bien que les esplanades face au Douro et les curiosités touristiques soient séduisantes, vous devez perdre quelques minutes à parcourir les ruelles locales, avec leurs bâtiments minces et animés de granit foncé contrastant avec les vêtements propres séchant au soleil.

Palais de Bolsa
Face au mur latéral du Hard Club, le Palácio da Bolsa mérite un chapitre spécial. Construit entre 1842 et 1910, le bâtiment, qui appartient à l’Association Commerciale de Porto, est l’un des plus beaux bâtiments de la ville et offre des visites guidées.

La visite commence au début, dans l’ancien cloître du Convento de S. Francisco – aujourd’hui appelé Pátio das Nações -, dont les ruines ont été données par la Reine D. Maria II à l’association fondée en 1934, pour que les hommes d’affaires de la ville puissent avoir un lieu de rencontre.

Laissez le meilleur à la fin. Le Salão Árabe a été construit comme salle de danse arabe, très à la mode au XIXe siècle, et inspiré du Palácio de Alhambra à Grenade.

Quittez le palais et traversez le pont de D. Luís en direction des caves à vin de Porto. Le monument du XIXe siècle a été dessiné par quelques étudiants du célèbre ingénieur français Gustave Eiffel et a commencé à être construit en 1888. Sur la rive sud du Douro, il y a un belvédère avec des bancs de pierre qui vous offrira une vue privilégiée sur le pont et où vous pourrez voir et prendre quelques photos des maisons de Ribeira do Porto avant de partir à la découverte du merveilleux monde du vin de Porto.

Caves à vin de Porto
Sur la rive du fleuve, vous pouvez visiter Sandeman (Largo Miguel Bombarda, 3). Dans l’avenue Ramos Pinto, vous trouverez Ramos Pinto (n° 380) et Ferreira (n° 70).

Dans les rues voisines, en montant vers un endroit plus élevé, vous trouverez d’autres caves à Porto. Les caves de Graham, rue Agro, 141, où vous pourrez visiter un musée intéressant et déguster les meilleurs vins de Porto dans des salles d’essais modernes, en plus d’avoir la possibilité de suivre une visite guidée à travers les tonneaux et les couloirs du tunnel. Chez Graham’ s, il vaut la peine de connaître le restaurant et le Vinum Wine Bar, un partenariat entre la famille Symington et le groupe espagnol Sagardi, où la cuisine est basée sur des produits régionaux, saisonniers, frais et excellents et où les plats étaient destinés à être partagés.

Normalement, entre mai et octobre, ces espaces sont ouverts de 10h à 19h, et entre novembre et avril, les heures de fermeture sont une heure plus tôt.

Dans l’avenue Diogo Leite, vous pouvez décider de visiter la chapelle de Nossa Senhora da Piedade, une sainte qui est censée protéger les pêcheurs et les hommes qui ont traversé la rivière avec les tonneaux de vin de Porto il ya quelque temps. Dans la zone des caves, vous pouvez aussi monter en téléphérique jusqu’au Jardin de Morro, où vous pourrez monter au Monastère de Serra do Pilar ou prendre le métro jusqu’au centre-ville de Porto.

Que faire?
Dans la zone des caves à Porto, le complexe Cais de Gaia concentre plus de 25 espaces commerciaux, parmi les restaurants, boutiques, cafés, bars et discothèques.
A côté des caves à vin de Porto, vous pouvez embarquer pour une croisière le long du Douro.
Le centre-ville
Cette région a subi un changement incroyable au cours des trois dernières années. En fait, le centre-ville est toujours en pleine mutation. Avec l’aide d’une vie nocturne de plus en plus animée et d’une planification conséquente de certaines galeries d’art, le centre-ville, qui embrasse Aliados Avenue, Torre dos Clérigos et Palácio de Cristal, a élargi son propre mode de vie.

C’est là que se trouvent les créateurs de mode et les pâtissiers, des petits marchés urbains et des foires d’artisanat régulières. Il y a des boutiques de vins avec les meilleurs vins portugais – avec des références de Douro et de Dão, ainsi que des nectars d’Alentejo, et des bars à vin pour les boissons après le travail. De même, il a réuni la tradition

Musée gratuit : le centre portugais de la photographie

Le centre portugais de la photographie est un endroit bien agréable à visiter, autant pour les passionnés que pour les curieux. Si vous séjournez à Porto et que vous êtes dans le coin de la Tour des Clérigos, je vous conseille d’y faire un saut. L’entrée est gratuite,  alors forcément, ça motive.

 

✦ Un musée de la photo dans une ancienne prison ✦

A deux pas de la Tour des Clérigos, juste en face du Jardin de la Cordoaria, se trouve le superbe édifice qui abrite le Centre Portugais de la Photographie.  Cette grande bâtisse n’est autre que l’ancienne prison de la Cour d’Appel, un bâtiment d’envergure qui date de 1796 et dont la construction a mis près de 30 ans. Ce n’est qu’en 1997 qu’elle fut reconvertie en musée de la photographie à l’initiative du ministère de la culture.

Au début des années 2000, le centre portugais de la photographie a fermé ses portes pour rénovation. Le puit de lumière centrale avec toutes les anciennes portes est sublime ! Je ne sais pas dans quel état c’était avant, mais le bâtiment actuel est plutôt bien réhabilité. Bon mis à part peut-être certains plafonds sous les escaliers qui s’éffritent, mais il faut savoir préserver le charme d’antan, n’est-ce pas ?

Avant d’accueillir les précieux travaux des photographes, ce sont les prisionniers qui habitaient les lieux. Et  à l’époque, ils étaient classés selon le type de crime commis, le statut social et bien sûr leur porte-monnaie. C’est ainsi que le rez-de-chaussé servait de donjons, le premier étage était réservé aux femmes, et le dernier, aux pièces individuelles pour les gens importants. Les riches quoi.

Si aujourd’hui les murs blancs refletent la jolie lumière du soleil qui traverse les fenêtres, on peut facilement s’imaginer les pièces confinées, sombres, froides et humides d’autrefois.

✦ Une visite rapide mais qui vaut le détour ✦

Les visiteurs sont en général plus séduits par le contenant que le contenu. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ça, mais je suppose que ça dépend aussi des expositions sur lesquelles on tombe. Quand j’y suis allée, c’est le photographe Pedro Mesquita qui présentait « O Porto By The Window« , une série de clichés en noir et blanc, prise depuis différentes fenêtres de la ville. J’ai beaucoup aimé l’ambiance de ses photos et je me suis même prêtée au jeu à l’étage supérieur.

Dans la salle suivante, changement de thème avec les photographies de João Garcia qui nous emmène « de l’autre côté de la mer ». Entre Porto et Nagasaki, nos coeurs balancent. Ces photos volées nous montrent le visages de 2 villes foncièrement différentes mais qui sont jumelées depuis plus de 35 ans ! Très appréciable aussi. Je vous laisse découvrir le travail de ce photographe par ici.

Donc pour mon expérience personnelle, j’ai trouvé les expositions au top. En revanche, le truc un peu génant, c’est l’absence de traduction des textes. La pluparts des encarts sont en portugais, il y a très très peu d’anglais et pour les explications en français, vous pouvez vous brosser. C’est un peu dommage, mais bon, pour l’esthétique, c’est plutôt réussi.

Il y a également une bibliotèque d’archives avec des ordinateurs à disposition, mais je ne peux pas vous en dire plus, je n’y suis pas rentrée… Si quelqu’un peut nous éclairer sur le sujet, les commentaires en bas de pages sont les bienvenus.

collection-appareil-photo-musee-porto

 

Au dernier étage, vous trouverez une salle entièrement dédiée au matériel photographique. Le musée présente une collection d’appareils complète qui devrait séduire les passionnés et les collectionneurs. En grande adepte des trucs vieillots, c’est la partie du musée que j’ai préférée.

✦ Infos pratiques ✦

Centro português de fotografia

Largo Amor de Perdição, 4050-008 PORTO
Tel : +351 220 046 300
Ouvert du mardi au vendredi de 10h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h00 et les week-ends et jours fériés de 15h00 à 19h00

Entrée gratuite

Laissez un petit commentaire : )

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *