Une regard cinématographique sur le 25 avril 1974

Nous somme le 25 avril 2014 et au Portugal c’est le jour de la liberté (dia da liberdade). Il y a 40 ans jour pour jour, le Portugal mettait fin à la dictature de Salazare, c’est ce qu’on appelle la révolution des oeillets. J’aurais aimé vous faire un article de fond sur la révolution, ou plutôt le coup d’état qu’il y a eu ce jour-là, mais je n’ai pas les connaissances requises. C’est pas faute de m’être renseignée, mais un article sur un évènement aussi important, c’est beaucoup de travail, beaucoup de temps et malheureusement, l’emploi du temps est chargé ! Si le sujet vous intéresse, vous trouverez de nombreux articles écrits par des professionnels, en faisant une recherche rapide sur internet. Moi j’ai opté pour l’option facile : Capitaines d’avril, un film de Maria de Medeiros sorti en 2000.

✦ L’histoire en quelques mots ✦

Dans la nuit du 24 au 25 avril 1974, une chanson jusqu’alors interdite « Grandola » est diffusée sur les ondes portugaises. Ce que l’on pourrait prendre pour un acte rebelle n’est autre que le signal programmé d’un coup d’Etat militaire. Cette nuit-là, le destin du Portugal est sur le point de basculer. Mais prudence ! Beaucoup de sang a coulé pendant les guerres coloniales et cette révolution doit se faire de la manière la plus pacifique possible….

film-portugais-capitaines-avril

 

✦ Un film historique vu par une femme ✦

A travers Capitaines d’avrilMaria de Medeiros reconstitue ce gros moment de l’histoire du Portugal. Elle rend ainsi hommage aux jeunes soldats qui ont permis que tout soit possible mais également à sa famille (elle avait 9 ans à l’époque). Elle a choisi de relater l’histoire à travers les jeunes soldats fatigués par le guerre et encore partagés entre l’espoir d’une liberté et le devoir envers la patrie.

C’est un « film de guerre » avec une perspective féminine, on y retrouve donc des petites histoires de sentiments entre les personnages auxquels on s’attache au fur et à mesure que le film avance. Même si l’on connait bien l’histoire, sa façon de l’amener est touchante et le suspense est quand même présent.

capitaines-d-avril-revolution-des-oeillets

Côté casting, on retrouve Maria de Medeiros dans le rôle d’une jeune prof de journalisme et assez fragile (Antonia), qui méprise son mari Frederic Pierrot (Manuel) qu’elle prend, à tort, pour un criminel de guerre. Quant à Stefano Accorsi, il interprète le jeune capitaine Maia et mène l’action sous le regard quelque peu réprobateur de Gervasio plutôt vieille école, incarné par Joaquim de Almeida qui a joué récemment dans la Cage Dorée.

La réalisatrice a choisi des acteurs de plusieurs nationalités pour démontrer que son film, en plus de retracer des faits historiques sert de conte universel.

capitaines-d-avril-maria-de-medeiros

 

✦ Ce que j’en pense ✦

Je ne suis pas une grande fan de films historiques, encore moins quand ils tournent autour de la guerre. Ça m’affecte beaucoup trop et je garde un très mauvais souvenir de la Liste de Schindler.

En plus Capitaines d’Avril dure 2h00… Mais bon, c’était l’occasion pour moi d’en savoir un peu plus sur la révolution des oeillets. Puis il faut dire que j’ai loupé le film de Lionel Baier, les grandes ondes (à l’ouest), qui dans le registre comique m’aurait beaucoup plu. Pas grave, j’attends sa sortie en dvd avec impatience et on aura l’occasion d’en reparler.

film-25-avril-1974-capitaines-avril.jpg

En ce qui concerne Capitaines d’avril, je ne suis quand même pas déçue de l’avoir vu. La révolution des oeillets étant pacifique (4 morts je crois), il n’y a pas eu de scène ultra violente et les larmes que j’ai versées n’était que des larmes d’émotions et de joie. J’ai même gloussé à certains moments ! La maladresse des jeunes soldats donnent lieu à des scènes assez cocasses… Imaginez un peu ce que ça donne quand les soldats venus avec leurs chars veulent envahir Lisbonne mais qu’ils doivent respecter la signalisation, pour ne blesser personne. Hum.

J’ai passé un bon moment, le film aborde un sujet très sérieux, mais je le trouve plutôt léger et c’est pas plus mal. Tout ça pour dire que c’est loin d’être le film de l’année (enfin l’année 2000) mais que c’est un beau film quand même, à regarder pour se faire une idée des événements passés.

 

film-revolution-oeillets-capitaines-d-avril

Laissez un petit commentaire : )

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *