Visiter la ville de Saint-Agnès

Flâner sous les voûtes secrètes, se promener dans les pittoresques ruelles aux pavés anciens, et tomber sous le charme discret et authentique des maisons médiévales blotties les unes contre les autres.
C’est ce que nous avons trouvé à Sainte Agnès dans un écrin de montagne sur la cote d’azur à 10 km de Menton et de la frontière italienne.

Véritable nid d’aigle, le village domine la baie de Menton du haut des vestiges de son château Fort qui se dressent à près de 800 mètres.
De ce point culminant se découvre à 360° un panorama époustouflant qui offre un contraste étonnant entre le bleu de la Méditerranée, si proche, et les sommets des montagnes du Mercantour.
Sainte Agnès est également l’un des plus beaux villages de France

on y trouve aussi l’un des fort de la ligne Maginot le mieux conservé.

Le Fort, construit entre 1932 et 1938 , est entièrement souterrain, avec ses 2000 m2 de galeries et de salles, il s’enfonce sous plus de 55 mètres de rochers. Comme les ouvrages de la Ligne Maginot dans le nord du pays, il était destiné à la protection de la frontière entre la France et l’Italie qui, à l’époque, revendiquait, entre autre, la région de Nice .
Exclusivement défensif, avec ses impressionnants blocs d’artillerie, il fut l’un des plus puissants de cette ligne.

Prévue pour fonctionner en complète autonomie, elle fut dotée d’installations vitales, à savoir, une centrale de production électrique, un ensemble de conditionnement et de filtration d’air, permettant de résister à une attaque par les gaz, un atelier de réparation, des réserves d’eau, des systèmes de transmissions perfectionnés et bien sûr, de tous les équipements nécessaires à l’existence autarcique des 300 hommes qui la faisaient tourner : cuisines, dortoirs, sanitaires et même une infirmerie avec bloc opératoire !Grâce à sa force de feu, il permit de stopper les troupes italiennes en juin 1940 :les canons de 75 mm de son bloc 3 entrèrent en action le 22 juin et tirèrent jusqu’à l’Armistice.
Son bloc 2 participa de tous ses feux ( 75mm, 81 mm, 135 mm) aux tirs de barrage qui, sur le littoral, bloquèrent l’avancée des troupes italiennes vers Nice les obligeant à refluer sur la frontière.

Laissez un petit commentaire : )

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *